Un espoir de traitements pour les maladies infectieuses très négligées

[ Paris, Genève – 11 juin 2008 ]
L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et la fondation Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) annoncent aujourd’hui la mise en œuvre de projets de coopération scientifique pour le développement de médicaments contre la maladie de Chagas, la leishmaniose viscérale et  la maladie du Sommeil.
[English]

L’un de ces projets qui concerne la famille de molécules quinoléines est entré dans une phase d’optimisation ce qui constitue une avancée remarquable vers un candidat médicament.

L’IRD et la fondation DNDi engagée dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments contre les maladies négligées ont conclus deux accords de collaboration pour identifier et développer de nouveaux candidats médicaments prometteurs contre leishmaniose viscérale,  la maladie de Chagas et  la maladie du Sommeil.
Ce partenariat va permettre de faire entrer en phase d’optimisation et de développement deux séries de molécules appartenant à la famille des  quinoléines pour la leishmaniose viscérale et  de la famille des canthin-6-one pour la maladie de Chagas identifiées par les équipes scientifiques de l’IRD dont les propriétés font apparaître une potentielle efficacité thérapeutique.

Les licences accordées par le Département Expertise et Valorisation (DEV) de l’IRD permettent à DNDi d’enrichir un important portefeuille de projets de recherche et développement contre les maladies négligées et de bénéficier de l’important savoir faire développé par les chercheurs de l’IRD sur ces molécules originales. Ces molécules ont fait respectivement l’objet de dépôts de brevets, aux noms conjoints de l’IRD et du CNRS en 2001 (1) et de l’IRD et d’un de ses partenaires du Sud, l’Université Nationale Asuncion au Paraguay, en 2003 (2).

«Cet accord avec l’IRD nous permet de développer notre portefolio de composés prometteurs  contre les maladies négligées et surtout de faire entrer en phase d’optimisation des molécules particulièrement actives contre les trypanosomiases et les leishmanioses » souligne Denis Martin, responsable scientifique du projet au sein du département R&D de DNDi.

A travers  ces deux projets, l’IRD bénéficie pour sa part de l’expertise, du savoir-faire et du consortium de partenaires de DNDi pour développer des molécules jusqu’à leur stade final en suivant les diverses étapes de développement d’un nouveau médicament (phase pré-clinique, phases cliniques).

Au travers de cette collaboration avec DNDi, l’IRD poursuit une longue tradition de recherches sur la leishmaniose, la maladie de Chagas et la maladie du sommeil, et fait partie du comité scientifique de suivi de ce programme. Plusieurs de ses unités de recherches travaillent actuellement sur ces maladies très négligées : l’unité « Connaissance des ressources végétales tropicales et leurs usages », l’unité « Interactions hôtes, vecteurs, parasites dans les infections par des trypanosomiatidae », l’unité « Santé de la mère et de l’enfant en milieu tropical », l’unité « Caractérisation et contrôle des populations de vecteurs » et l’unité « Pharmacochimie des substances naturelles et pharmacophores redox ». « Ces accords de licence constituent une avancée majeure dans la recherche et développement de  nouveaux médicaments contre les maladies négligées. Avec la collaboration avec DNDi, les projets quinoléines et canthine vont entrer dans une phase d’optimisation ce qui est extrêmement encourageant au regard de l’urgence de développer de nouveaux médicaments plus efficaces, mieux adaptés contre la leishmaniose et la maladie de Chagas » souligne Alain Fournet, directeur de recherche à l’IRD au sein de l’unité « Connaissance des ressources végétales tropicales et de leurs usages » (Biodival).

Avec 12 millions de personnes infectées, la leishmaniose est une  maladie grave, voire mortelle, endémique dans 88 pays. La maladie de Chagas (trypanosomiase sud-américaine) affecte 7 à 8 millions de personnes selon l’OMS dans 18  pays d’Amérique Latine. Ces infections parasitaires provoquent des lésions irréversibles de différents organes (coeur, oesophage, foie, rate,  colon…) et peuvent s’accompagner de fortes poussées de fièvre ou encore d’une anémie. À ce jour, peu de  traitements efficaces de ces maladies ne sont encore disponibles.

DNDi

L’initiative Médicaments contre les Maladies Négligées (DNDi, Drugs for Neglected Diseases initiative) est une fondation, à but non-lucratif, engagée dans la recherche et le développement de traitements innovants et plus efficaces contre les maladies négligées, comme le paludisme, la leishmaniose, la maladie du sommeil et la maladie de Chagas. Fondée en 2003 par l’Institut Pasteur, Médecins Sans Frontières et 4 Instituts de recherche des pays endémiques, DNDi a pour mission de répondre aux besoins des patients atteints des maladies les plus négligées. Travaillant en partenariat avec l’industrie et les Instituts de recherche académique, DNDi a construit le plus important portefeuille de projets de recherche et développement jamais établi pour les maladies provoquées par les kinetoplastides et compte actuellement 6 projets cliniques et 4 projets précliniques en développement. En 2007, DNDi a permis la mise sur le marché  par  sanofi-aventis de son premier médicament, « ASAQ », un antipaludique à doses fixes. En  avril 2008, DNDi a  mis à disposition de son deuxième médicament, « ASMQ » au terme d’un partenariat avec l’entreprise publique pharmaceutique brésilienne Far Manguinhos.
www.dndi.org

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

Créé en 1944, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public national à caractère scientifique et technologique (EPST) de plus de 2000 agents placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et de la Coopération, présidé par M. Jean-François GIRARD, Conseiller d’Etat et dirigé par le Professeur Michel LAURENT.

L’Institut conduit des activités de recherche, d’expertise et de formation en Afrique, en Amérique latine, en Asie et dans l’Outre-mer tropical français. Les chercheurs de l’IRD se consacrent principalement à l’étude des milieux et de l’environnement, de la gestion durable des ressources vivantes, du développement des sociétés et de la santé. Depuis plus de soixante ans, des équipes de chercheurs sont présentes sur le terrain et collaborent avec les pays du Sud pour renforcer leurs capacités de recherche. Les activités de l’IRD sont conduites en étroite concertation avec ses partenaires du Nord comme du Sud.

Engagé dans de nombreux programmes scientifiques européens et internationaux, il s’appuie sur l’AIRD* pour mobiliser les organismes de recherche et les universités en faveur de la recherche pour le développement.
* Agence inter-établissements de recherche pour le développement (IRD, CNRS, INSERM, Institut Pasteur, Cirad et CPU). www.ird.fr

(1) Brevet n° PCT/FR2002/000140 du 17/01/2001 : Fakhfakh M., FigadèreI B., Fournet A., Franck X., Hocquemiller R., Prina E. “Quinoléines substituées pour le traitement des co-infections à protozoaires et à rétrovirus”.
(2) Brevet n° PCT/FR2003/003459 du 25/11/2002 : Ferreira ME, Fournet A., Rojas de Arias A., Hocquemiller R., Poupon E. “Utilisation de la canthin-6-one, des extraits de plantes la contenant et de ses dérivés dans le traitement de la maladie de Chagas“.

Contacts presse

IRD Gaëlle Courcoux : 01 48 03 75 19, presse@ird.fr
DNDi Ann-Marie Sevcsik : +41 (0)22 906 9230/50, amsevcsik@dndi.org