L’Initiative pour le traitement pédiatrique du VIH (PHTI) est destinée à stimuler l’innovation et l’accès aux médicaments afin d’améliorer la vie des enfants vivant avec le VIH

[Genève, Suisse – 19 mai 2014]
UNITAID, l’Initiative sur les médicaments pour les maladies négligées (DNDi), et la Communauté de brevets pour les médicaments (MPP)ont réuni des experts, des ministres de la santé et des dirigeants  de l’industrie pharmaceutique originaires du monde entier afin de soutenir la PHTI dans son objectif d’accélérer la mise au point et la fourniture de nouvelles formulations antirétrovirales
À la veille de la Soixante-septième Assemblée mondiale de la Santé, les ministres de la santé de plus de 15 pays, dont l’Afrique du Sud, le Brésil, le Chili et Maurice; des industriels et des responsables mondiaux de la santé publique; ainsi que les principaux représentants d’associations de personnes séropositives et malades du sida ont assisté hier, aux côtés du Président d’UNITAID, Philippe Douste-Blazy, à une soirée spécialement organisée pour exhorter à une prise en charge mieux concertée des 3,3 millions d’enfants vivant actuellement avec le VIH. Si des progrès conséquents ont été enregistrés au cours des 15 dernières années pour améliorer l’accès des adultes aux traitements antirétroviraux, seul un quart des enfants qui en a besoin bénéficie aujourd’hui de cette thérapie. Chaque jour, 500 enfants meurent pour des raisons liées au VIH/sida.
[English]

Soucieuses de développer des traitements adaptés aux enfants, UNITAID, l’Initiative sur les médicaments pour les maladies négligées (DNDi) et la Communauté de brevets de médicaments (MPP) ont annoncé le lancement d’une Initiative pour le traitement pédiatrique du VIH (PHTI). La PHTI s’attachera à surmonter les obstacles à la mise au point et à la distribution de formulations et d’associations pédiatriques spécifiques, adaptées aux enfants. On a récemment enregistré de gros progrès pour réduire l’occurrence de nouvelles infections à VIH de nature pédiatrique. « Malgré cela, il y a toujours un nombre beaucoup trop élevé d’enfants ayant besoin de traitement », a déclaré le Dr Philippe Douste-Blazy lors de la soirée d’hier. « Dans leur majorité, les enfants ne reçoivent pas le moindre traitement et ceux qui y ont accès n’ont pas d’autre choix que d’accepter un schéma thérapeutique formulé pour les adultes, souvent désagréable à avaler et difficile à administrer. Il faudra redoubler d’efforts pour veiller à ce que ces enfants bénéficient d’une meilleure prise en charge dès que ces traitements seront disponibles pour adultes. Seul un partenariat conjuguant les compétences de tous les spécialistes de la lutte contre le VIH au niveau pédiatrique nous permettra d’espérer trouver une solution pour cette priorité de santé publique. »

La mise au point de médicaments adaptés aux enfants vivant avec le VIH s’est toujours avérée un défi. Peu d’options existent aujourd’hui et des antirétroviraux (ARV) efficaces, dans des formulations adaptées aux enfants sous forme d’associations en dose fixe, et ne nécessitant aucune réfrigération manquent cruellement. La DNDi coordonnera la composante recherche et développement de la PHTI en collaborant avec des laboratoires pharmaceutiques, des établissements universitaires, des groupes d’experts de l’Organisation mondiale de la Santé et d’autres parties prenantes afin de suivre les progrès accomplis et de garantir l’élaboration de formulations d’antirétroviraux adaptées dans les meilleurs délais. UNITAID finance un projet de la DNDi dont le but est d’élaborer des associations spécifiques d’antirétroviraux en dose fixe pour les nourrissons et les très jeunes enfants. « La recherche et le développement de formulations d’antirétroviraux adaptés aux enfants vivant avec le VIH est encore à la traîne. Il nous faut innover davantage et renforcer notre collaboration pour offrir aux enfants qui en ont besoin les formulations manquantes », a déclaré le Dr Bernard Pécoul, Directeur exécutif de la DNDi. « Le quotidien des mères, des pourvoyeurs de soins et des enfants qui luttent chaque jour pour prendre les traitements actuels doit changer, et la PHTI a un rôle essentiel à jouer pour surmonter les obstacles à l’élaboration de formulations meilleures. »

« Sur les 3,3 millions d’enfants vivant avec le VIH dans le monde, un très grand nombre sont en Afrique du Sud. Les options thérapeutiques actuelles sont insuffisantes et l’élaboration de médicaments n’est guère encouragée, voire pas du tout », a déclaré le ministre de la santé sud-africain, M. Aaron Mostoaledi, dans son allocution. « Les schémas thérapeutiques les plus couramment utilisés aujourd’hui pour les enfants vivant avec le VIH sont source de préoccupations sur le plan de la toxicité de la formulation. Il est urgent de mettre au point de nouveaux traitements adaptés: c’est un rêve qui doit devenir réalité. »

S’appuyant sur ses partenariats actuels avec les industriels pour négocier des accords de licence concernant les antirétroviraux prioritaires au nom de la santé publique, la MPP, financée par UNITAID, pilotera l’action menée par la PHTI dans le but de mettre en commun la propriété intellectuelle pertinente. Dans les observations qu’il a formulées hier soir, le Directeur exécutif de la MPP, M. Greg Perry, a annoncé que le groupe pharmaceutique Merck/MSD avait entamé des négociations officielles pour accorder à la MPP une licence d’exploitation relative aux formulations pédiatriques de l’antirétroviral raltégravir. Ce groupe s’associe au laboratoire AbbVie pour négocier activement avec la MPP ainsi qu’avec des partenaires du secteur privé – ViiV Healthcare, Gilead Sciences et Bristol-Myers Squibb – qui ont accordé une licence à la MPP afin d’accroître l’accès aux médicaments pédiatriques contre le VIH. « La PHTI est une extension importante de notre mission et nous sommes heureux d’avoir un soutien accru de la part du secteur privé », a dit M. Perry. « La propriété intellectuelle de plusieurs titulaires de brevets sera nécessaire pour créer des associations pédiatriques en dose fixe efficaces, et le partage des brevets sera indispensable pour accélérer la mise au point et la production de médicaments génériques peu onéreux, adaptés à la situation des pays en développement. »

Par la suite, la PHTI invitera d’autres organismes de santé publique intervenant activement dans le domaine de la lutte contre le VIH pédiatrique à conjuguer leurs efforts pour relever des défis stratégiques. Les bailleurs de fonds potentiels du développement et de l’approvisionnement des produits, les organismes de réglementation, les représentants de l’industrie, les fabricants de médicaments génériques ainsi que les associations de personnes vivant avec le VIH seront encouragés à collaborer au sein de la PHTI sur une vaste gamme de sujets, allant de stimuler l’entrée sur le marché de nouvelles formulations à la mise en œuvre d’initiatives de préparation par les pays. Ensemble, les partenaires coordonneront étroitement leur action avec les experts techniques de l’Organisation mondiale de la Santé qui ont décelé les principales formulations manquantes ainsi que les dosages nécessaires pour donner suite aux directives thérapeutiques de l’OMS applicables aux enfants et, au final, combler le fossé qui existe actuellement entre les enfants et les adultes vivant avec le VIH.

***

Contact presse
Violaine Dällenbach: vdallenbach@dndi.org / Tél: +41 22 906 92 47 / Portable : +41 79 424 14 74

Matériel pour les médias
Paediatric HIV Treatment Initiative [PDF | 250 KB]