Le nouveau plan d’affaires de DNDi

[Bâle, Suisse – 7 septembre 2015]
Objectif: 16 à 18 traitements d’ici à 2023 pour 10 maladies avec un budget total de 650 ME 
Après avoir développé le plus important portefeuille de recherche et développement (R&D) de médicaments contre les maladies les plus négligées, l’Initiative médicaments contre les maladies négligées (DNDi)a élaboré son nouveau plan d’affaires avec l’adoption d’une approche plus souple et dynamique, intégrant dans son portefeuille de nouvelles maladies ainsi que différents modèles opérationnels afin de mieux répondre aux besoins des patients, notamment ceux des pays à faible revenu et à revenu moyen.
[English] [Español] [Français] [Português]

Dans le cadre du plan d’affaires couvrant la période 2015-2023, DNDi conforte son engagement de développer des traitements pour la trypanosomiase humaine africaine, la leishmaniose, la maladie de Chagas, ainsi que les filarioses et le traitement pédiatrique du VIH. Ayant récemment transféré ses activités contre le paludisme à Medicines for Malaria Venture, DNDi va lancer de nouveaux projets de R&D sur l’hépatite C et le mycétome, deux maladies bien différentes mais qui partagent avec la résistance anti-microbienne un constat : le système actuel d’innovation biomédicale ne fournit pas des produits sûrs, efficaces, de qualité et qui soient abordables en faveur des populations pauvres.

‘Le domaine de la recherche en santé mondiale est en train de se transformer mais de nouvelles menaces émergent à une vitesse vertigineuse’, indique le Dr Bernard Pécoul, directeur exécutif de DNDi. Il ajoute que ‘DNDi restera concentré sur ses objectifs contre les maladies les plus négligées mais, aujourd’hui, nous sommes désormais en position de pouvoir mettre en œuvre de nouveaux modèles de R&D, où ce sont les besoins des patients plutôt que le profit qui pilotent le développement des médicaments, et où le prix des médicaments n’est plus lié au coût de leur développement.’

Le plan d’affaires 2015-2023 a été élaboré ces deux dernières années à travers une large consultation des institutions fondatrices de DNDi, de plusieurs gouvernements, ainsi que de nombreux experts en recherche sur la santé mondiale. En juin 2015, ce plan a été approuvé par le Conseil d’Administration de DNDi. Il met en particulier l’accent sur l’engagement de DNDi à répondre aux besoins des patients négligés, tout en offrant plus de flexibilité opérationnelle pour mieux étendre le champ des maladies prises en charge, lorsque les besoins émergent. Plusieurs modèles opérationnels sont envisagés afin que cet engagement de DNDi reste adapté, au plus près des besoins.

Ainsi, le coût élevé de la nouvelle génération de médicaments contre l’hépatite C est aujourd’hui au niveau mondial l’un des problèmes les plus pressants et l’un des défis majeurs puisque des millions de malades sont laissés sans recours thérapeutiques. Afin de développer un outil de santé publique abordable contre l’hépatite C, DNDi va conduire, dans des pays à revenu intermédiaire, des essais cliniques avec des combinaisons de médicaments récemment approuvés ou en phase clinique. Contre le mycétome, DNDi va tester un candidat-médicament contre cette maladie destructrice pour laquelle il n’existe pratiquement pas de R&D, et nul autre recours pour les malades que de recevoir des médicaments toxiques et inefficaces.

Afin de participer à la réponse contre la menace mondiale que représente la résistance anti-microbienne, DNDi, en collaboration avec l’OMS, entend également incuber une initiative afin d’évaluer le potentiel d’une nouvelle organisation uniquement centrée sur le développement d’antibiotiques.

DNDi va poursuivre le développement de son portefeuille comprenant plus de 30 projets en faveur des maladies les plus négligées. Sur une période de 20 ans d’ici à 2023 (DNDi a été créé en 2003), DNDi envisage de développer entre 16 et 18 nouveaux traitements pour un budget total estimé à 650 ME. En outre, DNDi s’appuiera sur son expérience de plaidoyer pour influencer un environnement global plus favorable qui garantisse à la fois l’innovation et l’accès équitable des patients aux technologies de la santé.

La crise de l’Ebola a montré au monde entier la nécessité de mettre en place des collaborations performantes ainsi qu’une réponse rapide souligne le Professeur Marcel Tanner, Président du Conseil d’Administration de DNDi. ‘Au fur et à mesure de son développement, DNDi continuera d’apprendre, d’innover et d’adapter ses modèles opérationnels afin de garantir que soit mise en place l’innovation scientifique et médicale là où elle est nécessaire, tout en continuant d’identifier et de répondre aux besoins des patients négligés grâce au meilleur de la science.’

Courte vidéo sur le plan d’affaires de DNDi

A propos de DNDi          
Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) est un organisme de recherche et de développement (R&D) sans but lucratif, dont l’objectif est de livrer de nouveaux traitements pour les maladies les plus négligées, en particulier la maladie du sommeil (trypanosomiase humaine africaine), la maladie de Chagas, la leishmaniose, les maladies aux vers filaires, le VIH/SIDA pédiatrique, le mycétome et l’hépatite C. Depuis sa création en 2003, DNDi a livré six nouveaux traitements : deux associations antipaludiques à doses fixes (ASAQ et ASMQ) ; l’association thérapeutique nifurtimox-eflornithine (NECT) pour la maladie du sommeil au stade 2 ; l’association thérapeutique sodium stibogluconate et paromomycine (SSG&PM) pour la leishmaniose viscérale en Afrique ; une série d’associations thérapeutiques pour la leishmaniose viscérale en Asie ; et une formulation pédiatrique de benznidazole pour la maladie de Chagas. DNDi a été créé par Médecins Sans Frontières (MSF), le Conseil Indien pour la Recherche Médicale, l’Institut de Recherche Médicale du Kenya, la Fondation Oswaldo Cruz au Brésil, le Ministère de la Santé de Malaisie, et l’Institut Pasteur en France, avec comme observateur permanent le Programme Spécial pour la Recherche et la Formation en Matière de Maladies Tropicales (TDR) créé par l’UNICEF, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), la Banque Mondiale et l’OMS.

Contacts Presse

USA – Ilan Moss
imoss@dndi.org
+1 646 266 5216

Europe – Gabrielle Landry
glandry@dndi.org
+41 79 309 3910

India – Manisha Sharma
msharma@dndi.org
+91 9711 009 088

Africa – Linet Atieno Otieno
latieno@dndi.org
+25 473 362 4206